Les revendications de la CGT dans le domaine économique et dans le domaine social

DANS LE DOMAINE ÉCONOMIQUE :

  • Développer l’emploi à statut pour casser la précarité (l’intérim) dans l’entreprise. C’est aussi la garantie de conserver l’ensemble des charges de travail que l’on voit d’année en année passer à la sous-traitance.
  • Conquérir de nouveaux droits, au travers d’accords d’entreprise qui prennent en compte la pénibilité
  • Préparer l’avenir en portant une stratégie de l’apprentissage visant en priorité à former les futurs salariés d’Airbus, alors qu’ aujourd’hui elle enrichit la sous-traitance.
  • Gagner ensemble un véritable statut du salarié (la grille unique de classification de l’ouvrier au cadre en est un exemple).
  • Préserver notre couverture santé, notamment la participation de l’employeur à la mutuelle et gagner la diminution de la cotisation pour les salariés retraités
  • Porter ensemble une autre vision industrielle où l’investissement dans la recherche et développement serait d’une autre ampleur que la stratégie 2.0 d’Enders.
  • Recréer de vrais collectifs de travail où l’humain passe en premier et non une organisation du travail (LEAN) tournée uniquement sur la profitabilité.
  • Travailler à la féminisation et l’égalité des salaires.

DANS LE DOMAINE SOCIAL :

La CGT a démontré tout son savoir et sa compétence dans ce domaine. C’est elle qui a créé le restaurant d’entreprise, l’Aile Sportive Bouguenais Rezé, différentes commissions, etc. Elle est aussi à la base de la création du camping le Grand corseau…

La CGT a en gestion la majorité des Comités d’établissement en  France, nous pensons qu’il serait intéressant de créer des passerelles entre comités d’établissement, afin de pouvoir partager nos patrimoines communs.

 

Quelques axes d’améliorations

  • Avoir un répertoire du patrimoine des centres de vacances et de loisirs (colonies, campings, gîtes, …) de la filiale, voir du groupe Airbus, pour mettre en place une véritable politique d’échanges.
  • Travailler en lien avec des CE afin d’établir un catalogue de propositions nouvelles, qui seront soumises aux salariés par une consultation. Cela permettra également de mutualiser les moyens en établissant des partenariats avec ces CE afin d’élargir l’offre disponible.

 

Avec un budget avoisinant les 5 400 000 €, une répartition différente est possible

Nous favoriserions d’avantage le pourcentage alloué au restaurant, afin que le repas n’augmente pas tous les ans ou que les portions dans nos assiettes ne diminuent.

  • La journée givrée à 239 000€ (pour un prévisionnel de 165 000€) est l’exemple parfait de l’argent mal utilisé : cela a profité à seulement 1/3 des salariés d’airbus ! C’est un budget équivalent à l’achat de 20 mobil-homes dans des campings 3 étoiles dont les salariés pourraient  profiter pendant des années.
  • Les décisions et les orientations de budget doivent être soumises  à l’avis des salariés. Jamais les salariés n’ont été consultés sur les choix  du CE ! ! !

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *