Merci patron

Un tel documentaire qui réussit à susciter le débat alors que son réalisateur n’est pas accueilli à tous les micros, sûr que c’est pour nous une bonne occasion de débattre ! Et une parfaite illustration de la situation vécue par bien des travailleurs, commentait hier Mickaël Drouault, secrétaire de l’union locale CGT. « Pour la première fois depuis mon élection en 2009, l’union locale a souhaité s’associer à Ciné Vendôme pour la projection d’un film.

Ce premier long métrage du journaliste François Ruffin, fondateur du journal « Fakir », raconte comment un couple d’anciens ouvriers d’un sous-traitant de Kenzo – une marque de LVMH – parvient à soutirer de l’argent au numéro 1 mondial du luxe. Licencié d’une usine de Valenciennes, le couple se retrouve privé d’emploi, lourdement endetté et pratiquement à la rue quand le patron décide de délocaliser la production en Pologne.
Un documentaire sur le mode satirique qui a déjà dépassé les 230.000 entrées depuis sa sortie fin février. Quant à Bernard Arnault, président de LVMH, jeudi, lors de l’assemblée générale annuelle du groupe, il déclarait « être habitué depuis de nombreuses années à faire l’objet de critiques de la part de groupes d’extrême gauche… »
Le projet du film au budget modeste de 40.000 euros, refusé par le CNC, a pu aboutir via une campagne de financement participatif. Il a notamment été diffusé lors des rassemblements du mouvement « Nuit debout » à Paris et à Toulouse.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *